Le coordinateur spécial américain en Haïti, Kenneth Merten lors de son intervention sur la Voix de l'Amérique, a déclaré qu'il avait récemment fait des voyages au Brésil, au Canada, en Europe pour rencontrer les «amis d'Haïti» en ce qui concerne la situation politique et économique du pays. Kenneth a dit que les discussions ont tournés autour de l'aide que Haïti reçoit de la communauté internationale. Sauf pour l'aide humanitaire, toute aide à Haïti est suspendue jusqu'à ce qu'un gouvernement élu prenne ses fonctions.  

Selon Merten certaines des règles qui régissent ces institutions internationales les empêchent de faire des prêts aux gouvernements non démocratiques, comme cela est le cas à Cuba il a dit.

Lorsque le diplomate a été interrogé sur son opinion au sujet de la création d'une commission de vérification qui va enfin avoir lieu après que Jocelerme Privert, le Président par intérim d'Haïti, est sorti en faveur d'une telle commission; il n'a pas caché ses mots.

"La majorité de ceux qui veulent créer cette commission sont ceux qui ont perdu les élections d'octobre. Seuls les perdants veulent créer une commission de vérification, e
t sont à la recherche d'autres façons d'obtenir le pouvoir."


L'ambassadeur continue à discrédité la commission de vérification en disant qu ' «il semble que le but de cette commission est d'éliminer des candidats légitime de la course."

Kenneth Merten dit bien qu'il est en désaccord avec la création de la commission de vérification, cette décision appartient au gouvernement haïtien. L'envoyé spécial a également rappelé que la création de la commission en question ne fait pas partie de l'accord signé avec l'ancien président Michel Martelly.


L'ambassadeur a averti que "si le travail de la commission prendra beaucoup de temps et son travail n'est pas bons, les États-Unis peut ne plus soutenir les élections en Haïti "

Kenneth Merten dit qu'Haïti est confrontée à de nombreux problèmes économique, ainsi que de nombreux problèmes de santé avec le déclenchement du zika et la menace permanente du choléra; qui ne peuvent être résolus que par un gouvernement démocratique stable.