Aujourd'hui est le 24 Avril, la troisième date officielle qui a été donnée puis reporté sine die par les autorités haïtiennes pour l'organisation de la deuxième ronde de la présidentielle. Pire encore, le pays est maintenant confronté à la possibilité d'un autre vide de pouvoir.      


La possibilité d'un autre vide de pouvoir en Haïti est réel et les acteurs politiques haïtiens doivent résoudre ce problème le plus tôt possible. Sinon, Haïti sera probablement plonger dans une crise politique encore plus approfondie; une crise que nous n'avons jamais vu auparavant. Dans un délai de quatre mois, nous pourrions avoir deux présidents intérimaires pour organiser une élection.



Un tel scénario rendra l'organisation de l'élection impossible en 2016. Haïti maintenant fait face à une période de transition qui peut être durera plus d'un an. Privert se trouve dans l'impossibilité d'organiser le second tour de l'élection présidentielle dans les 120 jours depuis le 14 février, selon l'accord que lui-même a négocier et a signé avec Michel Martelly, sous la supervision de la mission de médiation spéciale de l'OEA, il fait face au danger d'être démis de ses fonctions s'il perd le soutien du parlement.  Maintenant, il est au merci du parlement. Seul un fil retient notre président provisoire. Voici les réalités du pays.

Beaucoup de parlementaires ont fait des commentaires  comme le président n'avait pas fait assez pour organiser l'élection dans le cadre du mandat de 120 jours; comme ancien président du sénat, Privert avait une incroyable influence sur ses pairs et une connaissance des questions politiques du pays, sinon ils n'auraient pas voté pour lui. Privert aurait dû être été en mesure de réaliser qu'une si courte période  aurait été absolument impossible d'organiser une telle élection compliquée sans précédent. 120 jours, pourquoi pas 6 mois? Demandent certains. D'autres accusent aussi le président par intérim de se plonger dans des questions politiques qui n'ont rien à voir avec les élections, ils disent que son seul intérêt est de rester au pouvoir aussi longtemps que possible.


Privert est hors de l'ordre constitutionnel, il existe seulement dans le cadre d'un accord juridique qu'il a signé avec le gouvernement d'Haïti.

Lorsque Privert dit qu'il avait signé un accord avec Michel Martelly et maintenant Michel Martelly est seulement un simple citoyen donc l'accord est invalide, doit être extrêmement prudent. Martelly était alors à la tête juridique de l'Etat d'Haïti, et en tant que tel, il a eu l'accord au nom du gouvernement d'Haïti. Privert n'a pas eu d'accord avec un simple citoyen, mais avec le Gouvernement haïtien, et une fois que son mandat arrive à son terme, il devient obsolète.


Maintenant, en plus d'avoir une crise électorale à résoudre, nous devons discuter quoi faire avec Jocelerme Privert!