Oxfam fait face à de nouvelles allégations d'inconduite sexuelle en Haïti après le tremblement de terre de 2010

Posted by AFP on Saturday, March 17, 2018 Under: Corruption
Image result for Raphael Mutiku

L'organisation caritative britannique a tenté de "contenir" les allégations de harcèlement sexuel impliquant Raphael Mutiku, qui a dirigé l'installation d'approvisionnement en eau par Oxfam après le tremblement de terre de 2010, selon un rapport interne du journal The Times.

Les documents affirment qu'un avertissement final écrit a été adressé à Mutiku, un Kenyan d'une quarantaine d'années, en juin 2010, suite à des accusations de harcèlement sexuel de la part de collègues féminines.

Cependant, six mois plus tard, alors qu'il était supposé que l'ingénieur payait des jeunes femmes pour son sexe dans son logement à Oxfam, son directeur au siège britannique de l'agence d'aide aurait dit espérer que l'association puisse "contenir ça" et que Mutiku "n'était être discret".

Oxfam a confirmé que la décision de ne pas licencier Mutiku a été faite par Roland van Hauwermeiren - le directeur de pays d'alors qui était récemment au cœur du scandale sexuel des travailleurs humanitaires.

Comment le directeur d'Oxfam en 2011, a utilisé l'argent donné pour le tremblement de terre pour payer des prostituées mineures en Haïti et organiser des «fêtes sexuelles.»


Le Times a déclaré que Mutiku avait "énergiquement" refuté d'avoir payer des prostituées. Il a été limogé en 2011 à la suite d'une enquête interne.

"Le comportement de certains anciens employés d'Oxfam travaillant en Haïti après le tremblement de terre de 2010 était complètement inacceptable", a déclaré une porte-parole d'Oxfam dans un communiqué.

"Nous sommes vraiment désolés pour ce qui est arrivé."

Le communiqué indique que la décision de "ne pas renvoyer Raphael Mutiku en 2010 était erronée" et que Van Hauwermeiren "était lui-même coupable d'inconduite sexuelle, ce qui a compromis sa prise de décision".

Oxfam a déclaré qu'elle avait depuis introduit une ligne d'alerte confidentielle et avait annoncé cette semaine de nouvelles normes pour améliorer le référencement, et avait nommé les coprésidents d'une commission indépendante chargée d'examiner sa culture et ses pratiques.

"Nous sommes déterminés à continuer à faire tout notre possible pour aider les millions de personnes chaque année touchées par des catastrophes humanitaires et à améliorer la vie de ceux qui vivent dans la pauvreté", a déclaré la porte-parole.

Rendu public le mois dernier, le rapport 2011 d'Oxfam sur le comportement des travailleurs humanitaires envoyés en Haïti suite au tremblement de terre a révélé que Van Hauwermeiren avait admis avoir payé pour des rapports sexuels et que trois membres du personnel menaçaient physiquement un témoin.

Quatre membres du personnel ont été licenciés pour faute grave et trois autres, dont Van Hauwermeiren, ont été autorisés à démissionner.

In : Corruption 



a