Où est le journaliste Vladjimir Legagneur? Manifestation de masse dans la capitale haïtienne mercredi, pour exiger des réponses des autorités

Posted by hougansydney.com on Wednesday, March 28, 2018 Under: Nationale
See the source image

Des défenseurs locaux et internationaux des droits de l'homme ainsi que des journalistes et des citoyens concernés défileront mercredi 28 mars à Port-au-Prince, capitale haïtienne, pour protester contre la disparition du photojournaliste indépendant Vladjimir Legagneur, disparu le 14 mars.


Comme 14 jours se sont déjà écoulés sans nouvelles de Vladjimir, la police haïtienne a fait de son mieux pour réduire l'espoir de trouver l'homme de 30 ans qui est allé faire un reportage dans le quartier pauvre de Grand Ravine et n'est jamais revenu à sa femme, Fleurette Guerrier, enfants et collègues.


La police a déclaré que le fait que sa famille ou la police n'ont pas été contactée pour une rançon n'est pas une bonne indication, laissant entendre que le jeune journaliste était probablement déjà mort, bien que l'enquête soit toujours en cours, selon le porte-parole Frantz Lerebours, qui a dit que la police est déterminée à trouver Vladjimir mort ou vivant.

"Dans notre enquête, nous avons un indice très défavorable, le fait qu'il n'y avait pas de demande de rançon pour le journaliste ... Nous devons nous attendre à un résultat fatal, mais jusqu'à ce que nous trouvions le corps du journaliste, nous ne pouvons pas le déclarer mort. Cela reste une disparition ", a déclaré Frantz Lerebours.

Le gouvernement haïtien a fait l'objet de critiques virulentes de la part de journalistes travaillant en Haïti. Il a fallu 13 jours aux fonctionnaires pour faire une déclaration bieN que la disparition de Vladjimir a été signalée à la police par son épouse, 72 heures après sa disparition. « notre société revienne aux disparitions de personnes et aux traumatismes renvoyant aux périodes les plus sombres de notre histoire. », a déclaré un communiqué de l'Association nationale des médias haïtiens (ANMH) portant la signature de son président, Frantz Duval, rédacteur en chef de Lenouvelliste, le plus vieux journal d'Haïti.

Pour Amélie Baron, reporter de RFI et de l'AFP travaillant en Haïti depuis 2009 et l'un des nombreux à l'avant-garde de la perquisition de Vladjimir, «quotidiennement, les responsables haïtiens cherchent des journalistes pour promouvoir leur agenda et leurs intérêts. L'un de nous disparaît et pas un politicien ne bouge et montre sa solidarité. "At-elle dit sur un post Twitter.

In : Nationale 



a