Le coût global de la corruption est mondialement estimée à $ 2.6 trillion avec un T. Soit 5 pour cent du PIB mondial, le coût élevé de la corruption a été citée par le Comité des relations étrangères du Sénat am
éricain jeudi comme raison de lutter contre la corruption dans le monde entier.

L'audience, intitulé «l'extrémisme violent, la kleptocratie, et les dangers de défaut de gouvernance», axées sur la façon de prévenir l'aide étranger et les efforts de l'US d'être compromise. Les US dépense environ 34 milliards $ dans l'aide étrangère, 70 millions $ qui est dépensé sur les mesures anti-corruption.

Bien qu'il n'y ait «unanimité totale» sur la question des efforts de lutte contre la corruption dans l'envoi de l'aide étrangère, les panélistes et les sénateurs se battaient quant à savoir si le comité utilisait les ressources de manière efficace. Les principaux problèmes abordés sont au Venezuela, en Colombie et en Haïti.

Le sénateur Marco Rubio (R-FL) a demandé aux panélistes les raisons pourquoi des actions n'ont pas déjà été prises à l'encontre des acteurs connus corrompus de l'État, tels que les FARC, qui ont amené environ 1 milliard $ provenant du trafic de cocaïne.

Les panélistes ont souligné les mesures déjà prises par le Sénat sur ce sujet, y compris l'ajout des FARC à la liste FTO et imposer des sanctions. Rubio a fait valoir que ces actions ne suffisent pas.



Parlant spécifiquement sur Haïti, Rubio a déclaré: «Je fais zéro confiance que les Haïtiens ne disposent pas d'un agenda politique quand ils nous adressent."

Rubio a souligné les élections haïtiennes comme un exemple de l'aide improductive. Le gouvernement haïtien a reçu l'aide des Etats-Unis d'organiser des élections démocratiques, mais ces élections ont été totalement infructueuses, entraînant des émeutes et de la violence sans résultat convenu.

Si cette tendance devait se poursuivre, le sénateur Rubio a fait valoir que l'américain serait mieux changer le processus d'octroi d'une aide avant de poursuivre les mêmes efforts infructueux.

"On ne va pas continuer à verser de l'argent dans un trou noir», a déclaré le sénateur Rubio.