Haïti est classée 53ème sur 180 pays, selon le dernier classement mondial de la liberté de la presse et la liberté d'expression publié par Reporters Sans Frontières. 

Haïti connaît une régression de 6 places cette année comparativement à l'année dernière où elle était classée en 47ème position. 

Ce recul concerne presque tous les pays, constate-t-on dans le rapport. Si Haïti est classée 53ème, la République voisine elle, occupe la 63ème. 

Pour la cinquième année consécutive, la Finlande décroche la première place, avec un score de 7,52. Le Canada occupe la 8ème place, la France 38ème, tandis que les Etats-Unis se positionnent au 49ème rang derrière le Chili, le Niger, le Salvador et le Burkina Faso. 

Selon RSF, le milieu médiatique haïtien se divise en deux pôles différents: les médias privilégiés « pro-gouvernementaux » et ceux « d'opposition », qui ont souvent des difficultés d'accès à l'information publique. 

« L'administration fait preuve d'une hostilité inquiétante vis-à-vis des médias critiques ainsi que de velléités de museler les voix indépendantes », souligne le rapport. 

Reporters Sans Frontières met l'accent sur la tentative de muselage le 8 avril 2014, par le Conatel qui avait menacé de sanctions « certaines » radios. 

Au lieu de garantir l'accès à l'information, les autorités essaient de corrompre les journalistes, dit RSF, tout en rappelant le dernier scandale de corruption au Palais national et des distributions d'enveloppes à des journalistes accrédités par la présidence. 

Le classement mondial de la liberté de la presse est publié chaque année depuis 2002 par Reporters Sans Frontières, organisation internationale de défense de la liberté de l'information. Son objet est d'évaluer la liberté de l'information dans 180 pays.