L'
éditorial du 18 mai "Quand est-ce qu'Haïti organisera des élections?» A précisément souligné que le seul mandat du président provisoire d'Haïti était d'organiser un second tour des élections le 24 Avril, mais il se concentre sur tout sauf des élections pour se maintenir au pouvoir.

Le comité de rédaction m'a décrit comme «obscure." Je suis le successeur triés sur le volet du président démocratiquement élu Michel Martelly. J'ai gagné le premier tour des élections, qui ont été favorablement observées par la communauté internationale. Ce fut une élection historique qui a vu une plus grande participation des électeurs à l'extérieur du centre de vote traditionnel de Port-au-Prince.

J'ai été impliqué dans la politique de mon pays depuis plus d'une décennie. J'étais président de la Chambre de commerce du Nord-Ouest d'Haïti et un membre du conseil d'administration de la Chambre nationale de commerce haïtienne. Je suis aussi le fier propriétaire et développeur d'une entreprise majeure de l'agriculture dans le nord d'Haïti qui exporte des bananes vers l'Europe. En créant mon entreprise, j'ai stimulé l'économie et a généré des centaines d'emplois. La base de ma plate-forme présidentielle est de créer des emplois, stimuler l'économie, assurer la sécurité alimentaire et générer des exportations.

Il n'y a aucune raison juridique, technique ou logique de continuer à retarder les élections. Le peuple haïtien mérite un président élu, et non pas celui qui est choisi par l'élite politique.

Jovenel Moise, Port-au-Prince, Haïti