Un deal de 
pétrole en Haïti  qui a fait surface dans les documents de Panama - 11,5 millions de documents secrets divulgués de Mossack Fonseca, le cabinet d'avocats basé à Panama spécialisée dans la création de sociétés offshore - viendra sous le contrôle d'une investigation par le Sénat haïtien, le président par intérim de la chambre dit .

Ronald Larèche a dit qu'il envisage de monter une commission spéciale la semaine prochaine dans la chambre pour pencher sur les dépenses et les contrats sous administration 2011-2016 de l'ancien président Michel Martelly. Dans le cadre de ce que, les sénateurs seront invités à examiner "les personnalités haïtiennes qui ont émergés dans les documents de Panama," Larèche a dit au Miami Herald.

Une enquête de Miami Herald impliquant les documents de Panama a révélé comment une clique reliée politiquement ont profités au large d'un accord 2014 d'huile entre Haïti et Trinité-et-Tobago. Une figure centrale dans l'effort était Georges Andy René, qui a servi en tant que chef du Centre de Facilitation des Investissements ou CFI à partir d'Août 2012 Février 2014. L'agence est le bras du gouvernement Haïti qui favorise l'investissement.

Dans son rôle de directeur de la FCI, René a poussé une proposition visant à forger un accord pétrolier avec Trinidad, le ministre du Commerce d'Haïti à l'époque, Wilson Laleau, a déclaré. René a également travaillé avec Mossack Fonseca pour mettre en place des sociétés offshore qui pourraient tirer profit de l'accord de pétrole, selon le 27 janvier 2014, un e-mail dans les fichiers MF. Cet effort, décrit dans un e-mail plus tard, impliqué fixer le «droit exclusif» pour faciliter les importations de pétrole Trinidadiens, les documents du cabinet d'avocats montrent.

Question de Mossack Fonseca au cours d'une due diligence de recherche s'il avait un conflit d'intérêts, René a dit qu'il n'a rien fait. Il ne fournirait pas au Miami Herald les détails de son rôle dans la négociation de l'accord énergétique entre Haïti et Trinidad. Cet accord a été présenté comme un investissement de 30 millions $ par le président de l'une des sociétés de gaz appartenant à l'Etat de Trinidad.

Les deux ,Laleau et ancien Premier ministre Laurent Lamothe, qui plus tard a employé René comme conseiller spécial sur les questions d'investissement, ont dit qu'ils étaient "choqués" par ses activités commerciales avec Mossack Fonseca et qu'ils présentaient un conflit d'intérêts. Les deux anciens ministres du gouvernement ont également dit qu'ils avaient rien à voir avec la négociation de l'Haïti-Trinité coopération énergétique protocole d'accord signé en Juillet 2014. L'accord a finalement fait long feu, anéantissant tout espoir de la clique de l'encaissement.