Le Conseil électoral provisoire d'Haïti (CEP) a conclu une série de consultations avec les partis politiques et la société civile qui a débuté fin Avril pour établir les conditions dans lesquelles se dérouleront les élections présidentielles le 9 Octobre.

L'inclusion de toutes les parties prenantes "est un facteur important de mobilisation pour une vigilance accrue et la participation des citoyens à des élections transparentes et crédibles", a déclaré le président du CEP, Léopold Berlanger.

Au cours des consultations, il est devenu clair que les deux parties et les églises politiques et certaines organisations d'observation électorale favorisent le concept d ' «observateur communautaire» (alias «témoin»), proposé par le CEP pour «surveiller afin de permettre le suivi" de l'élection.

«Nous avons décidé d'introduire des témoins dans le processus électoral", a déclaré Berlanger.

Ces observateurs de la Communauté seront déployés en groupes de trois dans tous les bureaux de vote, afin d'améliorer la surveillance, par les représentants et les superviseurs; des journalistes seront aussi ajoutés aux observateurs nationaux et internationaux, selon le Président du CEP.

Les délégués de la société civile ont appelé le CEP à mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre les facteurs dangereux pour le processus électoral, comme la corruption et la violence.

En outre, ils ont insisté pour que tous les membres des bureaux de vote sont recrutés dans la société civile, et non pas dans les partis et les dirigeants des partis qui ont reçu des subventions du gouvernement lors des élections de 2015 pour tenir compte de l'utilisation qui a donné ces moyens.

En Juin, le gouvernement intérimaire a fixé la date de nouvelles élections présidentielles, après que le CEP avait annuler les élections du 25 octobre dernier à cause de nombreuses irrégularités.

Haïti est sous une administration intérimaire nommé par le Parlement depuis le 7 février lorsque conclu le mandat de Michel Martelly.

Le mandat de 120 jours de Jocelerme Privert, successeur de Martelly a également pris fin ce 14 juin passé. Le Parlement reste profondément divisée sur le mandat du président. Trois assembl
ées Nationales ont jusqu'à présent eu lieu et aucune n'a abouti a un vote pour soit proroger le mandat de président ou de choisir quelqu'un d'autre pour le remplacer. Plus tôt aujourd'hui Ronald Larèche, vice-président du Sénat et Cholzer Chancy Président de la Chambre des Députés ont annoncé une quatrième assemblée nationale le 14 Juillet; il reste cependant difficile de savoir si les intérêts politiques et financiers continueront à empêcher ces législateurs de prendre une décision, éliminant ainsi cette incertitude.

La nouvelle élection présidentielle aura lieu le 9 Octobre et si aucun candidat ne reçoit la majorité requise, le second tour aura lieu le 8 Janvier 2017.