PORT-AU-PRINCE - L'administration Obama a exprimé sa préoccupation lundi sur la vitesse d'une décision de justice en Haïti, qui a abandonné les accusations contre un homme accusé dans un anneau d'enlèvement qui avait des liens étroits avec la famille du président Michel Martelly.

Le vendredi, le juge Lamare Bélizaire a libéré Woodly Etheart, qui a connu M. Martelly, car ils ont tous deux travaillé dans le business de la musique, et Renel Nelfort. M. Etheart et M. Nelfort sont soupçonnés d'être les leaders de la Galil Gang, et ils ont été mis en accusation en Mars sur des accusations d'avoir orchestré une série de crimes violents, y compris assassination, blanchiment d'argent et plus d'une douzaine d'enlèvements.

Peu de temps après les actes d'accusation ont été annoncés, le ministre de la justice a rejeté le procureur, en disant ses députés avaient demandé au juge de libérer les hommes parce qu'ils ne pensaient pas qu'ils pouvaient gagner une condamnation.



"Nous sommes préoccupés par la décision, y compris la vitesse à laquelle elle a été faite," un porte-parole du Département d'Etat a déclaré dans un courriel le lundi en réponse à une demande de commentaire. "C'est une affaire en cours devant les tribunaux haïtiens, et nous comprenons la décision pourrait être portée en appel."

M. Etheart, un ancien promoteur de la musique, est un ami de Martelly le frère-frère, Charles Saint-Rémy, et sa famille est propriétaire de La Souvenance, un restaurant français où le président dîne souvent.

Les critiques disent que le président s'est entouré d'un réseau d'amis et associés qui ont été arrêtées ou figuré dans les enquêtes criminelles.

"Le procureur de Port-au-Prince a été retiré parce que le gouvernement n'était pas satisfait de la performance au procès," Jean Péguy, un porte-parole pour le ministère de la Justice, a déclaré lundi. "A la fin du procès, les procureurs ont demandé les poursuites soient abandonnées."

Le porte-parole de M. Martelly n'a pas répondu à une demande de commentaire.