La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies et les autres membres du «Core Group» (les Ambassadeurs du Brésil, du Canada, de l’Espagne, de la France, des États-Unis d'Amérique, de l'Union Européenne, et le Représentant spécial de l'Organisation des États américains) prennent note de l'ouverture de la deuxième session ordinaire du Parlement, conformément à la Constitution. 

Le "Core Group" exprime ses préoccupations devant l’absence de mesures prises pour assurer la continuité institutionnelle au-delà du 13 Juin, tel que prévu dans l'Accord du 5 Février.

Le "Core Group" demande à l'Assemblée Nationale d’agir et de parvenir à une solution qui évite un vide institutionnel et facilite le retour à l'ordre constitutionnel par la tenue d'élections sans délais. Il demande instamment à tous les acteurs, les partis politiques, les candidats et leurs partisans et à tout autre groupe de maintenir le calme et de refuser tout recours à la violence.