Une épidémie de choléra que les autorités sanitaires haïtiennes craignaient se susciterait du sillage de l'ouragan dévastateur Matthieu, semble se concrétiser lentement. L'épidémie mortelle a déjà coûté la vie à 13 personnes dans le sud ouest d'Haïti, la zone la plus touchée par l'ouragan. D'autres villes durement touchées par les effets de la tempête comme Port-a-Piment et Les Anglais connaissent également une forte augmentation des cas de choléra. Dr. Donald François, chef de santé du programme de choléra haïtienne, a déclaré 62 étaient malades du choléra en raison de la tempête.

L'ouragan Matthieu a touché terre en Haïti mardi dernier comme un ouragan de catégorie 4; des vents puissants allant jusqu'à 145 mph et environ 3 pieds de pluies ont laissées derrière une longue traînée de dévastation. Environ 90% des foyers dans les zones les plus touchées ont été détruits ou gravement endommagés. Les crues soudaines et rivières déchaînées anéanties gens, les maisons, les cliniques, les écoles, les ponts et les routes sans discernement. Les Nations Unies estiment que certains 350.000 personnes ont été déplacées à la suite de cet ouragan sans précédent.

Même une longue journée pluvieuse est habituellement est cause de préoccupations en Haïti que le choléra se propage en raison du manque d'hygiène et de l'eau du sol déplacé en raison de la pluie et les inondations. Le choléra provoque une diarrhée sévère qui tue habituellement en quelques heures si non traitée. Il est propagé par l'eau contaminée et a une courte période d'incubation, ce qui conduit à des flambées rapides.


Grande préoccupation pour l'épidémie de choléra à Port-Salut

Une autre ville de grande préoccupation et à qui la priorité est donnée est Port-Salut. La ville du sud de plage pittoresque a été détruit par les vagues puissantes, le vent et la pluie; il a compté son premier cas de choléra en sept mois, le samedi, et deux autres cas suspects ont été mis en ambulance à la clinique de la ville, rapporte Reuters. Le seul bâtiment laissé debout dans toute la ville de Port-Salut est une clinique, qui, avant l'ouragan était en sous-effectif, et ne disposait pas des équipements nécessaires aux traitements de routine effectuées.

Par inadvertance, le choléra a été introduit en Haïti par les Casques bleus népalais de l'ONU déployés en Haïti suite à un tremblement de terre dévastateur en 2010 qui avait tué quelque 200.000 personnes. Le choléra est endémique au Népal et a été inconnu en Haïti depuis 100 ans avant. L'épidémie a depuis coûté la vie à plus de 9.000 personnes et rendu malades des centaines de milliers d'autres. L'Organisation des Nations Unies pendant six ans a catégoriquement refusé d'admettre tout acte répréhensible et a dit qu'il était à l'abri des nombreux procès intentés devant les tribunaux américains qui cherchent des compensations pour les dommages, malgré les preuves scientifiques dépassés prouvant la source de l'épidémie à une base népalaise des Nations Unies qui ont versés eaux d'égout brutes dans la rivière de l'Artibonite; la plus longue d'Haïti.
Enfin le mois dernier, le Secrétaire général de l'ONU, avant son mandat se termine dans quelques mois, a présenté des excuses pour le rôle que l'ONU avait dans l'épidémie. Mais n'a rien dit à propos de l'indemnisation des victimes. Et comme le nombre de morts de cette 
épidémie mortelle continue, l'ONU se démène pour trouver le financement nécessaire pour éradiquer cette maladie.